Notre histoire

1865-1899 : paroisse marseillaise au XIXe siècle : Saints Adrien et Hermès.
Déjà trop petite pour le quartier en plein expansion.
 
1876 : la Commission Municipale vote les fonds pour l’agrandissement de l’église.
 
1918-1920 : « Saint Adrien s’efface devant le SACRÉ-CŒUR ».
 Dès 1918, on décide que la grande basilique en l’honneur du Sacré-Cœur, sera construite, non plus sur le quartier du Lazaret, trop éloigné du centre de la ville, mais sur une des plus belles artères de la cité, en bordure du Prado, en remplacement de l’église Saint Adrien.
La première pierre sera posée en 1920, juste un siècle après la pose manquée de la première pierre de l’église de la place Saint-Ferréol, et exactement pour le second centenaire du vœu de Mgr de Belsunce lors de la peste de 1720.
L’architecte en sera Théo Dupoux, élève de l’abbé Pougnet.
L’on décide que le culte sera assuré dès fin 1919 à la chapelle Saint Ignace, louée au Département pour la somme de 3000 F par an à dater du 1er novembre 1919.
Lettre pastorale de Mgr Fabre, à Noël 1918, annonçant sa décision d’édifier la nouvelle église du Prado. Le curé Paul Dejean, crée une commission pour accompagner et suivre les travaux.
7 novembre 1920 : pose de la première pierre.
 Un chantier qui va se prolonger durant 27 ans.
 
 Avec Mgr Fabre, trois évêques porteront le poids et le lourd souci du chantier : Mgr Daniel Champavier (1921) ; Mgr Maurice Dubourg (1928) et Mgr Jean Delay (1936).
La première pierre posée, le chantier s’ouvre donc, sous la bénédiction du Pape Benoit XV qui, le 8 mars 1921, recevant à Rome Mgr Fabre, lui prodigue ses encouragements, bénissant cette œuvre, « …les soldats de Marseille morts pour la Patrie, les âmes généreuses qui aideront à la construction de cette église du Sacré-Cœur… ».
On a vu grand : la basilique, en surélévation sur une crypte, aura 27m 90 (10 cm de plus que celle de NOTRE-DAME de Paris). Des colonnes de 11m 50, supportant une voûte dont le sommet atteindra 22m 50. Quant au parvis, il sera surmonté par un clocher central dont la flèche élancée, culminera à 62m.
On a vu beau : les pierres de taille proviennent des carrières de La Roche d’Espeil, dans le Luberon (soubassements et parties extérieures de l’édifice) ; d’autres de Saint-Symphorien, près de Bonnieux (intérieur de la crypte, socles des piliers et des colonnes) ; d’autres encore de Buxy (intérieur), ou de Saint-Gengoux. Les colonnes, quant à elles, seront en granit, de Corse, pour les plus grandes, de Suède pour les autres.
 50 ouvriers travaillent à la construction de la crypte, le quart de la surface totale de la basilique, 20m sur 7m 40. 2 nefs latérales de 3m sur 7 et deux chapelles latérales de 2m 50 sur 7.
 
Décembre 1923-24 :  La crypte est à peu près achevée. Se tient déjà la grande vente de charité. Le fils de Théo Dupoux, prend la succession de son père, décédé le 26 déc. 1924.
 
1927, arrivent de Corse les premières colonnes des chapelles latérales (4m 60, pèsent 4000 kg).
Les grandes colonnes de la nef principale qui, en deux éléments (sans compter le socle, la bague intermédiaire et le chapiteau en pierre de Lens) représente chacune près de 24 tonnes (15.000 kg et 8.500 kg), arrivent à la fin de l’année 1930.
 
Vitraux d’Henry Pinta, (grand Prix de Rome, originaire de Marseille, réalisés à Paris) : où l’on peut voir
- l’apparition du Cœur de Jésus à Ste Marguerite Marie, à Paray le Monial, en 1674,
- Mgr de Belsunce au milieu des pestiférés, en novembre 1720, consacrant la ville au Sacré Cœur,
- celui des échevins durant la peste ; et les 12 «vitraux de guerre »,
- mais également la grande mosaïque de 120 m carrée, ornant la voûte du chœur.
 
 Guerre de 1939-1945.
 
  17 juillet 1946, décès de Paul Barthélemy Dejean, prêtre, prélat de S. S. chanoine honoraire, curé de la paroisse, bâtisseur de l’église votive. Il s’éteint à Lascours dans sa propriété familiale.
 
Lundi 5 mai 1947 : Consécration de l’église du Sacré-Cœur.
 
7 h 30, début de la consécration de l’église.
Messe pontificale à 10h30, avec 8 évêques, le cardinal Roques, archevêque de Rennes. Suit l’octave de la consécration de la basilique, qui se clôturera le 12 mai.
Le 25 octobre, à 11h la dépouille de Mgr Dejean est transférée dans « son église » où un caveau a été préparé à son intention.
11 novembre 1948, à l’issue de la messe des morts, Mgr Delay inaugure la chapelle de Notre-Dame de Pitié. La Pietà : œuvre du sculpteur Louis Botinelly.
Fin 1949, pose du carrelage de la basilique, œuvre de l’entreprise Patrizio. Chauffage par le sol. Abandon de la réalisation du clocher, par  manque de moyens financiers.
 
Chanoine Aristide RESTA, curé durant 27 ans.
 
Chanoine Pierre DUMENIL, 27 ans. Actuellement chapelain à l’Abbaye de Saint Victor
  
La BASILIQUE DU SACRE CŒUR, érigée en basilique mineure, le 17 septembre 1997, par le Pape Jean-Paul II.
 
 Les Recteurs :
* S. Ex. Mgr Louis SANKALE, 11 mois, puis évêque de Cayenne en 1998 et actuellement évêque de Nice.
 
* Père Jean ODER, 18 mois, en même temps curé du Rouet, puis à Saint-Ferréol Saint Cannat.
 
* Mgr Jean-Pierre ELLUL, en juin 2000 ;  recteur émérite de la Basilique Saint Victor, installé le 3 octobre 2000. Nommé Chapelain de Sa Sainteté, par le Pape Jean-Paul II, le 6 juin 2003
 
(Notes historiques : Pierre Gallocher : "Prado-Sacré-Cœur " un quartier – une paroisse 1856-1992. Ed. P. Tacussel.
 

Mgr. Jean Pierre ELLUL  Recteur de la Basilique du Sacré-Cœur.

 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés